Créatine avec Ribose

Pour améliorer les formules de créatine, on a d’abord cherché à la rendre plus disponible pour le corps en améliorant sa solubilité et son transport vers les cellules musculaires. Une autre façon complémentaire de maximiser ses effets est de l’associer à des agents de performance. Encore faut-il choisir des nutriments viables qui n’entrent pas en « concurrence » avec elle. On a déjà constaté que les glucides fonctionnaient en synergie avec la créatine en améliorant son assimilation ; souvenez-vous des fameuses formules de « transport system » ou des mélanges de sucres et protéines.

Aujourd’hui, nous nous intéressons à un autre sucre, le ribose qu’on trouve parfois dans les formules de créatine.

Qu’est-ce que le ribose ?

Le ribose est un sucre que l’organisme utilise pour différentes tâches, il intervient notamment dans le même processus énergétique que la créatine. On en trouve dans l’alimentation mais en quantité très faible. Le ribose contribue à la fabrication de l’ATP, la source d’énergie de l’organisme. Les études montrent que prendre du ribose augmente l’ATP et ralentit sa dégradation durant les exercices en plus d’aider à sa reconstitution après l’effort.

Pour faire simple, la créatine et le ribose sont présents dans le même circuit de production d’énergie. Augmenter ses réserves de créatine par la supplémentation permet de régénérer l’ATP en épargnent du ribose et prendre du ribose en plus avec la créatine augmente l’ATP mais par une voie différente. La créatine remplace le phosphate perdu pour recréer de l’ATP et le ribose est un élément qui sert à faire de l’ATP. Sans ribose, on ne peut pas faire d’ATP.
Ces deux composés fonctionnent donc en synergie.

Pour les sportifs ?

Normalement, le corps peut fabriquer du ribose en fonction de ses besoins, mais avec l’exercice intense les besoins augmentent grandement et un apport sous forme de suppléments peut être avantageux, comme pour la créatine.

Les athlètes utilisent le ribose pour augmenter la vitesse de synthèse de l’ATP et gagner de la force. Comme la créatine, il convient parfaitement pour les sports qui nécessitent des efforts courts et intenses. Le ribose n’est pas très populaire parmi les sportifs, pas parce qu’il n’a pas d’efficacité mais parce qu’il est cher, même si son prix a bien baissé avec les progrès réalisés sur sa fabrication.

Combiné avec la créatine ?

Du point de vue théorique combiner le ribose à la créatine semble intéressant, mais la mise en pratique pose certains problèmes. Le ribose est connu pour avoir une action fortement hypoglycémiante et sa prise peut entrainer des effets secondaires caractéristiques de l’hypoglycémie (coup de barre, mal de tête ou étourdissements). La créatine est également légèrement hypoglycémiante. Ces données montrent qu’il n’est pas si judicieux de combiner ces deux suppléments, surtout avant l’effort.
Mieux vaudrait séparer les prises et prendre le ribose une bonne heure avant l’effort et la créatine après l’entrainement.

Quel dosage ?

Les doses de ribose recommandées sont assez importantes et vont jusqu’à 10g par prise, mais il est conseillé d’arriver à de cette quantité progressivement, un peu comme les bruleurs de graisses blindés de caféine et autres stimulants où l’on doit déterminer sa tolérance en augmentant petit à petit la dose.

La plupart des préparations de créatines avec ribose contiennent peu de ribose, ce qui n’est pas idéal si l’on souhaite bénéficier de ses effets. Par exemple, la Créatine Trans-X de Scitec contient 2,2g de ribose pour une dose de 100g avec 12g de créatine monohydrate. Dans la même marque, 5g (une dose) de Creabose apporte 1,25g de ribose avec 3,75g de créatine.
Quant à Creatine ribose de Weider, il apporte 1g de ribose par prise de 4g avec 3g de créatine.

Bref, mieux vaut acheter séparément ces deux suppléments…mais de toute façon ces formulations se font de plus en plus rares

Fitadium cratine

© 2009-2018 Toutelacreatine.com | Contact | Copyright