Créatine : le french paradoxe

La créatine a beaucoup fait parler d'elle en 2001 suite au rapport diffusé par l'AFSSA évoquant un « risque carcinogène potentiel » pour les utilisateurs de créatine. Ce rapport bien qu’ayant soulevé des protestations internationales est encore de nos jours utilisé ou pris comme référence pour montrer que la créatine présente un danger pour la santé. Il est certain que la créatine n’a jamais eu bonne presse en France et ce rapport y est surement pour beaucoup.

Bien qu’introuvable sur le site de l’AFSSA on peut encore le retrouver sur le web. Nous le publions à la fin de cet article pour ceux qui souhaitent le lire.

Retour sur la polémique autour de la créatine

En 1998, avec la multiplication des affaires de dopage dans le monde du sport, les responsables gouvernementaux de l’époque voulaient faire interdire la vente de créatine en France.
Pour y parvenir, ils multipliaient les procès contre les revendeurs de créatine comme Inko, accusé à l’époque d’incitation au dopage. Seulement, avec les lois européennes et notamment le principe de libre circulation des produits commercialisés dans un état membre, la France était bloquée et des plaintes étaient déposées auprès de la Cour Européenne. La seule solution pour maintenir l’interdiction et passer outre les lois européennes était d’invoquer un risque de santé publique.

Certains pensent que le gouvernement avait alors fait pression sur l'AFSSA, qui rappelons le dépend du ministère de la santé, pour qu'elle publie un avis défavorable et n'autorise pas l'utilisation de la créatine.

Dans ce rapport, l’AFSSA décrivait la supplémentation en créatine comme risquée pour la santé et potentiellement cancérigène. Avec une créatine interdite à la vente, mais pas à la consommation, on ne trouvait plus de créatine dans les grandes enseignes sportives françaises. Pour s’en procurer, il fallait commander à l’étranger via internet ou sur des magasines spécialisés.

De nos jours, la créatine n’est pas considérée comme un produit dopant et n'est pas interdite en France. Le CIO de même que la majorité des associations sportives et athlétiques autorisent l'emploi de la créatine. Elle n'est pas considérée comme dangereuse et cancérogène. Néanmoins, l’AFSSA ne conseille pas l’utilisation de la créatine par les sportifs, pour des raisons d’éthique sportive. La consommation recommandée est de 3g par jour, un chiffre qui reste faible par rapport aux doses préconisées.

Le rapport de l’AFSSA

Vous trouverez une synthèse du rapport de l’AFSSA de 2001 sur la créatine dans le lien suivant : Le rapport de l’AFSSA sur la créatine

Fitadium cratine

© 2009-2018 Toutelacreatine.com | Contact | Copyright