La créatine Ethyl ester

La créatine Ethyl ester, qu’on connaît aussi sous le nom de « CEE », est une nouvelle forme de créatine qui est apparue sur le marché français en 2006. Le but était de proposer une créatine supérieure, plus efficace et bien mieux assimilable. Elle est la première d’une longue liste de nouvelles créatines liées à différents intermédiaires comme la créatine malate, citrate, tartrate, gluconate ou plus récemment la créatine orotate.

Lier la créatine à un ester

En fait, la créatine est tout simplement liée à une autre molécule dans le but de limiter sa dégradation lors de la digestion et de faciliter sa pénétration dans la cellule musculaire. On a substitué le sel de monohydrate par un ester en utilisant une réaction d’estérification, un procédé chimique courant.

Pour pénétrer dans les cellules musculaires, la créatine monohydrate doit se lier à une forme de lipides, mais de part sa nature, elle a tendance à avoir des difficultés à établir ce type de liaison. Une grande partie de la créatine qui parvient aux cellules ne passe pas cette dernière barrière.
On avait d’ailleurs à une époque augmenté les capacités d’assimilation de la créatine avec les fameux Transport System en mélangeant une grande quantité de glucides à la créatine.
En mettant au point la créatine liée à un ester, on facilite la pénétration de la créatine dans la cellule musculaire car les esters se lient facilement aux lipides.

Plus efficace ?

En théorie, elle est sensée être mieux absorbée que la créatine monohydrate et posséder d’autres avantages non négligeables pour les même effets sur la performance. Il n’est plus nécessaire de prendre des doses importantes comme avec la créatine monohydrate, si mal absorbée, qu’elle nécessite une phase de charge avec près de 20g par jour ! Elle est absorbée beaucoup plus rapidement et peut se prendre avant l’effort sans poser de soucis.
De plus, la créatine ethyl ester permet d’éviter certains troubles digestifs et effets secondaires mineures qui peuvent être avoir lieu avec la créatine habituelle (ballonnements, diarrhées et rétention de fluide).

Des études pas très favorables

A sa sortie, on ne disposait pas d’études ou quasiment pas pour valider ses supposés avantages et les arguments publicitaires du type « Avec la créatine éthyl ester, on obtient les mêmes performances avec dix fois moins de créatine ! » ou « Une dose de 1g de créatine éthyl ester est aussi efficace que 5g de créatine monohydrate » laissaient plutôt septiques.

Deux études de 2007 (1 et 2) ont montré que la créatine ethyl ester se dégrade rapidement en créatinine dans l’estomac et qu’elle est finalement moins stable que la créatine monohydrate.

Cette plus forte solubilité la rend peut être plus facilement absorbable par l’organisme mais aussi plus susceptible de se dégrader par rapport à la créatine monohydrate qui est à l’inverse plus résistante mais pas super bien absorbée car peu soluble… Ce qui compte donc c’est son effet sur la performance physique et c’est le seul moyen de déterminer laquelle forme est la meilleure.

Une étude de 2009 (3) apporte une réponse en comparant les deux créatines. Elle montre que la CEE n’était pas aussi efficace que la monohydrate pour élever les niveaux de créatine dans le sang et dans les muscles, ou améliorer la composition corporelle, la masse musculaire, la force et la puissance.

A tester ou pas ?

La question de savoir quelle forme de créatine est la meilleure est controversée et fait encore couler beaucoup d’encre sur les forums parlant de créatine. La créatine monohydrate est la plus ancienne forme utilisée, il est donc naturel qu’elle soit la plus étudiée et qu’elle ait montré une certaine efficacité que plus personne ne peut nier.

Les formes récentes de créatine que ce soit ethyl-ester, liées à intermédiaire du cycle de Krebs ou tamponnées comme la kre-alkalyn, manquent évidemment d’études mais ne doivent pas pour autant être exclues, surtout pour ceux qui ne répondent pas à la créatine monohydrate ou qui subissent des troubles avec celle-ci. On trouve aussi des études qui montrent que ces formes de créatine fonctionnent.

Si la créatine monohydrate fonctionne pour vous, continuez avec elle. Dans le cas contraire, essayez une autre forme. N’oubliez pas aussi l’influence du lobby de la créatine monohydrate qui a fort intérêt à discréditer les autres formes brevetées par d’autres de créatine. Avant de prendre votre décision sur la base d’une ou deux études négatives, demandez-vous qui sponsorise ces études.

Fitadium cratine

© 2009-2018 Toutelacreatine.com | Contact | Copyright